Pour vous inscrire sur le forum, tout est expliqué ici
Après la création de votre compte, sans présentation au bout d'une semaine, Votre compte sera supprimé.
pub zooplus.fr

La hiérarchie chez le chien

Avatar de l’utilisateur
souris65
Messages : 3818
Inscription : jeu. 17 janv. 2008 00:00
Humeur : Un peu speed comme les Dalmatiens
Prénom : Sabine
Fonction dans l'asso : Assistante en éthologie et Comportement Canin, Félin, Equin
Localisation : Montmirail (51)

La hiérarchie chez le chien

Message par souris65 » jeu. 8 avr. 2010 12:40

DANS UN GROUPE D'INDIVIDUS D'UNE MEME ESPECE[/size]

Le chien est un mammifère social, comme l'homme. Qui dit mammifère social dit organisation : tout groupe de chiens fonctionne selon une hiérarchie bien établie, un système social, des règles de vie en groupe.

Cette organisation implique :
- des êtres de la même espèce (les chats ne fonctionnent pas selon les même règles que les chiens)
- la formation de groupe(s) ("alliance" entre individus dans un but précis par exemple pour la chasse)
- organisation de groupe (hiérarchie), et éventuellement partage des tâches (ce n’est pas forcément toujours la mère qui s’occupe des petits)

Chacun sait où est sa place dans le groupe, la hiérarchie évite les conflits, apporte une paix relative au sein du groupe et permet la clarté de la communication dans le groupe.

Alpha :
Lorsqu’il y a émergence d’un individu qui domine le groupe, on parle d’individu alpha. C’est le leader de la bande.
Alpha domine tous les individus mâles ou femelles à l’intérieur du groupe.
Il est tout à fait possible que des chiens établissent entre eux des relations de dominants-dominés mais il n’y a qu’un seul alpha dans le groupe.
Alpha n’est ni trop jeune, ni trop vieux, il doit avoir la force d’assumer son rang et son rôle, de maintenir l'ordre.
Il dispose de plusieurs moyens pour asseoir sa position de leader, en gardant le contrôle de :

L’espace : il peut expulser qui il veut mais personne ne peut l’expulser de sa place. Il possède tout l’espace disponible et peut soumettre tous les individus. Il fait la différence entre aboiements de jeu et de menace (comme tous les chiens correctement socialisés) et laisse généralement les jeux se faire sans intervenir. Il peut très bien laisser faire longtemps et intervenir brusquement, c'est son privilège de dominant des dominants.

Les contacts affectifs : il est à l'initiative des jeux, des câlins, des interactions avec les autres individus de son groupe.

La Nourriture : alpha mange le premier, seul, tranquillement et sans se presser. Lorsqu’il a fini, il s’en va et les autres individus peuvent manger, s’il reste de la nourriture.

La Reproduction : alpha a priorité dans ce domaine. La femelle alpha veille à ce que les autres femelles de n’approchent pas du mâle alpha, en éloignant la concurrence.

Le fait d’avoir la priorité sur tout, y compris la reproduction, lui permet d’assurer la continuité de l’espèce.

Dans un groupe, il peut y avoir plusieurs sous-groupes, qui ont eux-mêmes des dominants. Alpha domine les dominants des sous-groupes et chaque individu de chaque sous-groupe.

Alpha est le garant de la sécurité de tous, s'il vient à disparaître, c'est la mort de ce groupe (jusqu'à ce qu'un nouvel alpha émerge).
c’est pourquoi lorsqu’on a une meute de chien, pour l’équilibre du groupe, il faut soutenir le dominant, le plus fort et non le plus faible. Cela est difficilement concevable du point de vue humain, car une de nos règles sociales à nous est de soutenir les plus faibles. Mais pas chez le chien ! Car si l'on soutient le plus faible, on démolit la hiérarchie, il n'y a plus de repères entre chaque chien, et des conflits risquent de survenir.

La femelle alpha :
Elle éloigne les autres femelles qui voudraient accéder au mâle alpha, elle domine les femelles.

Le mâle bêta :
C'est le second dans la hiérarchie, après alpha. Toujours un mâle, c’est l’individu qui a le plus d’interactions avec alpha : il tente de le faire tomber, de lui prendre sa place, il est en compétition avec lui. Il est aussi en interrelation avec les autres membres : il les domine, mais alpha le domine. Situation parfois inconfortable pour lui...

Note : bêta n’est pas toujours présent dans tous les groupes, contrairement à alpha.

La différence entre Alpha et un dominant : c’est face à un groupe (minimum 2 individus) qu'apparaît un dominant, ou parmi ses congénères, contrairement à alpha qui est au-dessus de tout le monde.

Vous avez bien suivi ? Avez-vous remarqué la phrase d'introduction en lettres capitales ? Car c'est capital : il ne s'agit-là que de notions concernant un groupe d'individus appartenant à la même espèce !!

Voyons à présent comment les choses se passent entre les humains et les chiens.

Qu'en est-il de la notion de hiérarchie dans les relations entre l'homme et le chien ?

La thèse qui avait cours depuis des décennies dans les milieux du chien, considérait qu'il fallait transposer les points de hiérarchie évoqués plus haut à la relation Homme / Chien, c'est-à-dire qu'il fallait forcément un dominant, et de préférence, que ce soit l'humain. Considération qui a amené pendant des années la plupart des professionnels à conseiller aux humains de se prendre pour alpha avec leurs chiens.

Cette position ne tient pas compte de deux éléments cruciaux : tout d'abord, notre chien domestique est captif, ce qui signifie qu'il ne dispose d'aucune liberté, c'est son humain qui le contrôle, lui permet de se nourrir, de se reproduire (éventuellement), d'établir des relations sociales. Ensuite, le chien et l'humain appartiennent à deux espèces différentes. Comment pourrait-il y avoir une hiérarchie entre deux systèmes opposés sur des points aussi fondamentaux que la pensée, le fonctionnement social, les modes de communication ?

Le premier éthologiste français à avoir parlé d'absence de hiérarchie inter spécifique est à ma connaissance, Michel Chanton. Lors d'une conférence dispensée en septembre 2004 à l'Université des Comportementalistes, il a développé l'hypothèse selon laquelle il ne peut exister de hiérarchie entre deux espèces différentes. Un bon nombre de comportementalistes présents dans l'assemblée ce jour-là a été surpris devant une telle affirmation, en contradiction avec les idées admises depuis si longtemps.

Le chien familier, c'est-à-dire qui vit dans la famille, ne fonctionne pas de la même façon qu'à l'état sauvage, même si certains comportements se retrouvent. Nous ne sommes pas de la même espèce, il ne faut donc pas s'attendre à ce que votre chien vous prenne pour son alpha : il n'est pas dupe, vous ne ressemblez pas à un chien.

Il n'en reste pas moins que dans le système que nous formons avec nos chiens, un minimum de règles est indispensable au bon équilibre et à la bonne cohabitation de tous.

Chez les canidés, la hiérarchie, c'est-à-dire la bonne organisation de tous, est une composante sociale importante, qui contribue à la stabilité et à la survie de tout le groupe. Certaines attitudes sont intolérables pour les humains comme pour les chiens, et votre compagnon peut tout à fait se conformer à vos règles de vie dans la maison et en extérieur.
Ou alors, il peut fixer, lui, les règles, et prendre rapidement le contrôle de la petite " meute " que vous formez avec lui.


Avec un peu de doigté nous pouvons sans problème nous faire respecter en tant que leader (dans le sens de " meneur ", pas dans le sens de " supérieur " !) sans passer par la dictature.
Un meneur est un repère rassurant et sécurisant, un dictateur agit sous le régime de la terreur.
Vous-même, votre conjoint, voire vos enfants (à partir d'un certain âge), pouvez sans problème vous faire respecter de lui (comme vous le respectez), c'est-à-dire lui accorder des privilèges, tolérer certains comportements, être laxistes sur quelques points insignifiants et dans le même temps, lui demander de se conformer à vos contraintes.

Il est très important pour un chien de vivre dans un système clair, il a besoin pour son équilibre psychologique d'une place établie et sans équivoque au sein du groupe. Il n'y a rien de pire pour semer le trouble dans l'esprit d'un chien que la confusion.

Etre le meneur du chien ne signifie aucunement qu'il faut user de brutalité, mais simplement de fermeté et de cohérence. N'imaginez pas qu'il va en souffrir, au contraire : si vous fonctionnez comme lui, en tenant compte de sa réalité (sans projeter la vôtre sur lui), il trouvera sa place dans votre famille et sera à l'aise dans les codes qu'il connaît.

D'autre part, je rappelle que vous êtes responsable de votre chien. Ainsi, même s'il vous parait inutile de lui apprendre quelques règles de savoir-vivre à l'intérieur de votre foyer, il est de votre responsabilité de vous faire obéir par votre chien dès lors que votre rencontrez d'autres personnes : pour sa sécurité, la vôtre, et celle de vos concitoyens, vous devez avoir un minimum de contrôle de votre compagnon.

Etre le meneur c'est faire respecter certaines règles sans faire preuve d'abus de pouvoir. On craint un dictateur mais on respecte un démocrate. Mieux vaut donc que votre chien se sente sécurisé et rassuré, plutôt que terrorisé !

Laurence Bruder Sergent
"La cause des chiens", septembre 2006

http://www.comportementduchien.com/
Nier la soufrance de l'animal entraine vite à devenir indifférent
à celle de l'humain.


Pour protéger, il faut aimer. Pour aimer, il faut connaître.
"Sans les animaux le monde ne serait pas humain" Kl. Matignon


Calins à vos toutous de Sabine
et léchouilles de Freckles, Jaïa et Lakshmi

Verrouillé

Revenir vers « Hiérarchie canine »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité