Pour vous inscrire sur le forum, tout est expliqué ici
Après la création de votre compte, sans présentation au bout d'une semaine, Votre compte sera supprimé.
pub zooplus.fr

Les infections urinaires de nos chiens, quel risque ?

Avatar de l’utilisateur
souris65
Messages : 3803
Inscription : jeu. 17 janv. 2008 00:00
Humeur : Un peu speed comme les Dalmatiens
Prénom : Sabine
Fonction dans l'asso : Assistante en éthologie et Comportement Canin, Félin, Equin
Localisation : Montmirail (51)

Les infections urinaires de nos chiens, quel risque ?

Message par souris65 » ven. 25 juil. 2014 18:36

Les différents problèmes urinaires chez le chien

Un chien sur deux âgé de dix ans au moins souffre d'une maladie de l'appareil urinaire. Toute anomalie de l'urine au niveau de la fréquence, de la couleur des mictions, ou une douleur ressentie à ce moment là doit attirer l'attention du propriétaire. Quant à l'impossibilité totale d'uriner, elle doit conduire d'urgence chez le vétérinaire, la rétention dans la vessie pouvant alors provoquer une insuffisance rénale. Chez le chien, l'appareil urinaire est souvent le siège de troubles divers. Plus de 50 % des animaux de dix ans au moins présentent des lésions rénales. Les principales maladies rencontrées sont les calculs de la vessie, l'insuffisance rénale, l'incontinence et l'infection urinaire.

A savoir
- L'insuffisance rénale est la plus grave des maladies de l'appareil urinaire, elle apparaît sous deux formes : chronique ou aiguë
- Les calculs du rein sont bien moins nombreux que ceux de la vessie, certaines races, comme le teckel, sont plus disposées aux calculs de cystine, le dalmatien peut être sujet aux calculs d'acide urique
- La régularité de la miction est l'un des signes du bon fonctionnement de l'appareil urinaire, la castration (stérilisation) entraîne parfois des incontinences

Les calculs
La présence de calculs (ou lithiases) dans la vessie a deux origines : l'une infectieuse (phosphates ammoniaco-magnésiens) et l'autre métabolique (cystine, acide urique, sels de calcium). Les calculs de cystine s'observent par exemple plus souvent chez les teckels, et les calculs d'acide urique chez les dalmatiens. Ces lithiases entraînent une hématurie (du sang dans les urines), une cystite, une incontinence, des complications infectieuses ou rénales. Il arrive qu'un fragment de calcul s'engage dans l'urètre (le canal excréteur de l'urine, qui part de la vessie et aboutit à l'extérieur) et ne puisse franchir certaines zones trop étroites ; le vétérinaire a alors recours à l'opération. Le traitement des lithiases est donc chirurgical ou médical. Ce dernier est employé plutôt pour les calculs de phosphates ammoniaco-magnésiens, d'acide urique et de cystine. Les calculs du rein sont rares chez le chien. Quand ils sont mal tolérés, le praticien a recours à la chirurgie, mais peut aussi réaliser une opération extracorporelle consistant à réduire les calculs en petits fragments : c'est la lithotritie.

L'infection urinaire
Provenant d'une lésion de la vessie, de la prostate, de l'utérus, du vagin ou des reins, l'infection urinaire se guérit bien si l'on réussit à trouver et à soigner sa cause. Celle-ci est recherchée par un examen clinique approfondi, des radiographies et éventuellement une échographie. Les infections de l'ensemble de l'appareil urinaire sont dues à des germes issus du tube digestif.
L'incontinence
L'incontinence urinaire résulte de lésions du système nerveux, de malformations congénitales, d'atteintes de la vessie ou des sphincters, de déséquilibres hormonaux. Là aussi le traitement est lié à la cause. Certaines malformations congénitales se corrigent bien grâce à la chirurgie. En revanche, les lésions du système nerveux, de la vessie et des sphincters sont plus difficile à enrayer. Les incontinences urinaires hormonales font suite à une castration : on les supprime en donnant des œstrogènes à la femelle et de la testostérone au mâle.

L'insuffisance rénale chronique
L'insuffisance rénale représente la deuxième cause de mortalité canine, après les troubles cardio-vasculaires. Elle est la plus grave des maladies urinaires, et existe sous deux formes : chronique et aiguë. L'insuffisance rénale chronique engendre la destruction progressive et irréversible des néphrons, qui font fonctionner le rein. Son origine est infectieuse, tumorale, etc. Le chien atteint commence par boire et uriner plus que d'habitude ; il est ensuite victime de vomissements et de diarrhée, puis de troubles neurologiques. Le traitement ? Un régime hypoprotidique. Les protéines entraînent en effet la formation de déchets ; sur un chien sain, ceux-ci sont évacués par le rein, mais sur un chien insuffisant rénal chronique, ils s'accumulent dans le sang.

L'insuffisance rénale aiguë.
Courez chez le vétérinaire... Les concentrations de l'urée et de la créatinine dans son sang augmentent en même temps considérablement. Le traitement consiste en une réanimation médicale et des mesures d'épuration extrarénale par dialyse. Pour certaines formes de la maladie, ces mesures sont efficaces ; pour d'autres, malheureusement, la guérison n'est pas garantie.
Nier la soufrance de l'animal entraine vite à devenir indifférent
à celle de l'humain.


Pour protéger, il faut aimer. Pour aimer, il faut connaître.
"Sans les animaux le monde ne serait pas humain" Kl. Matignon


Calins à vos toutous de Sabine
et léchouilles de Freckles, Jaïa et Lakshmi

Verrouillé

Revenir vers « Articles Newsletter »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité